Bonjour !

Ou bon mois, au vu de la fréquence de mes post… Pour me faire pardonner, voici un making of « comme si vous étiez dans mon cerveau » de la dernière case d’une page de Rey, La Guerre des Mages.

Alors, déjà, cette case est là pour conclure une histoire courte de six pages = dernière impression donnée au lecteur = faut pas se louper = stress. Ça commence bien !

J’avais une idée de départ, qui donne de la cohérence globale à l’album (pour ceux qui ne suivent pas, cette troisième histoire courte explique la première et la deuxième histoire courte) : reprendre l’illustration qui sert de couverture à la publication internet :

illu3couleur

Bon, il faut l’adapter, bien sûr. Voici comment elle pourrait s’insérer dans la page :

roughpage18

Pas terrible… En fait, cette illus toute seule, peut fonctionner, mais dans la planche, et avec le texte (« courage Méliane, J’arrive »), c’est un peu mauvais. On perd tout l’élan de Rey, qui est maintenant « laché », qui doit aller vers son but (le château). Bref, comment dynamiser un peu ça ?

rough2

Un truc que j’utilise régulièrement : exagérer l’effet de profondeur. Mouais, ça change un peu… Y a encore un truc qui me chiffonne : le sens de lecture !

Et paf ! Comment n’y ai-je pas songé plus tôt ? Dans toute la planche, le but à atteindre se trouve sur la droite de l’image (d’ailleurs la fille de Rey se trouve rejetée vers la gauche, car elle n’ira pas au but). Pourquoi changer à la dernière case ? Pour conserver l’illustration de base ? N’est-ce pas une mauvaise raison ? Alors c’est parti, on inverse ! 

crayonn_

Évidemment, la symbolique de l’illustration (le bras que Rey se couvre est celui qui sera tranché) y passe, à cause de l’inversion. Mais ça ne me dérange pas trop… Bon, alors le crayonné aboutit à ça… Mouais, pas super dynamique… Heureusement il y a To-to-shop ! Un petit bidouillage, on incline, et tout de suite, on se sent un peu plus impliqué ! On peut encrer, maintenant :

encrage

Ben voilà, y a plus qu’à mettre les couleurs ! Bien sûr, faut être raccord avec l’histoire 1, qui est la suite chronologique de celle-ci… Donc retoucher les couleurs quarante fois (j’ai déjà dit merci à To-to-shop ?). Et voilà !

couleurs

Ouf, non ? Et encore, j’ai dû oublier quelques étapes, quelques réflexions, pistes inexploitées, etc… Surtout qu’il m’arrive de « laisser trainer » des planches pendant plus de temps qu’il ne faut pour les faire (quand je bosse sur autre chose). Eh Bien dans ce cas, la machine inconsciente continue de tourner et des réponses arrivent dans les moments les plus incongrus !

Avant de vous laisser, petit rappel : les liens par lesquels vous pouvez suivre les trois histoires courtes en ligne. Cliquez dessus, lisez, et commentez !

Partie 1 : Un bras dans les flammes

Partie 2 : Le fils prodigue

Partie 3 : Viols

À bientôt !