extrait1

Cette histoire commence par une rencontre que je pensais belle. Une personne ayant une histoire sympathique à raconter depuis des années, mais pas de dessinateur. Je propose mes services, semi-inquiet tout de même par son insistance à vouloir se passer d'éditeur. Voulant garder le contrôle complet de son oeuvre qui lui tient décidément tant à coeur, ce curieux personnage décide d'investir de l'argent et chercher d'autres fonds afin de publier lui-même ce qui devait donc être notre bande dessinée...

extrait2

Balayant mes craintes, j'entamme une collaboration selon un tarif "très sympathique" compte tenu du temps passé sur chacune des pages de bd. Je m'essaye en effet à un graphisme poussé, chronophage, mais qui nous convient tous deux... Honnête, cette personne devenue éditeur me paye chaque page rubis sur l'ongle, en euros mais aussi en compliments qui me confortent chaque fois davantage dans mon intégration au projet. Jusqu'à un mail aussi brutal qu'inattendu.

extrait3

"J'ai trouvé quelqu'un qui fait aussi bien que toi pour deux fois et demi moins cher, je ne peux pas refuser".

extrait4

Forcément, un tas de questions me viennent à l'esprit. Qui casse les prix de cette manière ? Un bénéficiaire du RSA ? Un rentier ? Un ado qui vit chez ses parents ? Un mutant capable de fournir une page couleur aussi vite pour être rentable ?

La réponse est venue suite à de banales recherches sur internet. Ce monsieur qui a pris ma place vit dans le beau pays de Bulgarie, où le SMIC est aux alentours de 140 euros.

extrait5

Bien sûr, cette expérience est dérisoire comparé aux victimes plus courantes de la délocalisation, ces hommes et femmes qui ont travaillé des dizaines d'années à l'usine avant de se faire jeter comme de vulgaires chaussettes sales.

Mais ça fait tout de même quelque chose...

Cette note est certes un tantinet déprimante, mais je suis depuis passé complètement à autre chose. D'autres projets, d'autres publications futures ! Vous en connaissez certaines, je vous en dévoilerai d'autres très prochainement !

à bientôt, donc !