Je tiens dans mes mains mon dernier album «Sentience, tome 3», sobrement intitulé «(r)évolution». Bien qu’il s’agisse d’une conclusion de notre histoire et que cet album apporte son lot de réponses aux questions et péripéties soulevées dans les deux premiers tomes, je n’ai pas osé marquer un «fin» définitif.

page48cartouche2finFaiblesse ? Sentimentalisme ? Peut-être. Cela pourra sembler ridicule à certains, surtout à notre époque de foisonnement éditorial, mais mener jusqu’au bout une aventure de près de 150 pages en trois ans laisse des traces…
Tenir les mêmes personnages (principalement Lucas et Doc) durant ce temps, les voir évoluer et trouver les astuces graphiques qui suivent ce « changement dans la continuité » pose un questionnement habituel qu’il est difficile de devoir quitter.

page19

page24

Retrouver les mêmes décors, les réinterpréter selon l’ambiance du moment tout en préservant leur cohérence (combien de fois ai-je dû travailler avec les deux premiers tomes ouverts sur mon bureau ?) amène le moindre dessinateur à repousser ses limites, et crée un attachement certain…

page4et5_copie

page26

page30_copie
Enfin, les animaux… Bête noire pour certains, plaisir pour d’autres, toujours un apprentissage inattendu pour qui a soif d’apprendre des formes et contours, attitudes globales et détails pointilleux qui enrichissent un vocabulaire graphique toujours plus exigeant…

page34_copie

page10

page42
Alors oui, il m’arrive d’imaginer d’autres cycles, d’autres aventures à faire vivre à nos héros et personnages secondaires, toujours liées aux questions posées par notre civilisation et la manière dont elle traite les animaux. Peut-être qu’avec le temps, cette envie viendra aussi à David Volpi, scénariste multicartes désireux pour l’instant de rester sur cette fin.


Je pense aussi aux lecteurs qui nous suivent depuis le début, et attendent cette conclusion avec impatience. Pour eux, il était impossible de faire moins que tenir le rythme d’un album par an, quitte à relayer d’autres projets au second plan, sans parler des fidèles (à remercier mille fois) ayant acheté cet album depuis des mois !


Ce cycle complet permet enfin à d’autres lecteurs potentiels, souvent vus en festivals, curieux de notre histoire mais refroidis par l’effort de patience implicite, sans parler de ceux déçus par le nombre de « tome 1, à suivre qui n’auront jamais de suite » qui s’entassent sur leurs étagères.


Sentience a bien une fin, une belle fin, disponible dès maintenant dans toute bonne librairie ou sur le site de l’éditeur !

couvSentience3
Bonne lecture !